Elisabeth BRAMI

Elisabeth BRAMI - Nathan Jeunesse

Elisabeth Brami est née à Varsovie, après la guerre. Fille unique issue d’un milieu d’artistes rescapés de la Shoah, dès l’enfance, elle est prise de passion pour la langue française, la lecture des images puis des mots, l’écriture enfin. La littérature devient sa terre d’adoption et d’ancrage. Elle a coutume de rendre hommage aux bibliothèques municipales. Elles lui ont sauvé la vie.

Après avoir mené en parallèle des études de Lettres Modernes et de Sciences Humaines, elle choisit de devenir psychologue clinicienne dans un hôpital de jour pour adolescents (13 à 20 ans) en région parisienne. De 1974 à 2006, en plus de son activité thérapeutique, elle y crée une bibliothèque, des ateliers d’écriture et la revue « Lis tes ratures », y enseigne les Lettres et la philosophie.

A partir de 1990, elle devient auteure de littérature jeunesse et a publié depuis, plus de 80 albums et romans illustrés, en collaboration avec  de nombreux illustrateurs jeunesse et éditeurs. Certains ouvrages ont été traduits (USA, Espagne, Japon, Allemagne, Corée..) et ont reçu des prix (France Télévision, Chronos… ) Elisabeth Brami écrit à l’intention des bébés, enfants et ados, mais touche également les « grandes personnes » qui n’ont pas oublié leur enfance. Ses livres sont source de plaisir et de travail en milieu scolaire, de la maternelle au lycée où elle intervient régulièrement et anime parfois des ateliers d’écriture. Ses thèmes de prédilection sont les bobos et bonheurs de la vie. Elle ne s’interdit aucun sujet ni aucune forme littéraire et s’adonne avec autant de conviction à l’épistolaire, au journal intime, aux formes brèves et aux listes, aux abécédaires et aux « dicos », aux anthologies poétiques et comptines, aux jeux de mots et aux rimes. Et elle a même commis « Un Pantin »(Océan ed . 2008), un album  en tant qu’illustratrice.

En  2003, à la faveur d’une invitation à l’école d’Ilet à Bourse, Elisabeth Brami découvre l’île de La Réunion. Cette rencontre déterminante est pour beaucoup dans l’impulsion qui va lui faire écrire son premier roman en littérature générale.

En 2006 paraît ainsi « Je vous écris comme je vous aime » (ed. Calmann-Levy). Elle est lauréate du Festival du Premier roman de Chambéry. Suit un deuxième roman : « Mon cher amour » (ed. du Rocher 2009). Ces deux romans épistolaires mettent en jeu des êtres que tout devrait séparer mais que passion et écriture vont réunir.

Pour elle, c’est toujours :« Lettres ou ne pas être ». Cette position, elle la défend depuis des années au sein de la Charte des Auteurs et Illustrateurs jeunesse comme à la Maison des Écrivains. La littérature n’a pas d’âge.

Romancière, écrivain, auteure, peu lui importe le terme. Elisabeth Brami continue à concevoir des albums, à publier des textes illustrés ou non. Ses tiroirs regorgent de projets sans souci d’étiquette. Bien qu’elle écrive désormais des romans pour un public « adulte », elle n’abandonne pas ses jeunes lecteurs pour autant.
Les ouvrages Nathan

Réagir à cet article :