Céline MEYER, Directrice de la PBR

Céline Meyer, Directrice de la Petite Bibliothèque Ronde répond à nos questions :

La Petite Bibliothèque Ronde de Clamart à été crée en 1965 par des personnes de convictions, porteurs d’un message et d’une volonté forte et ce durant 40 ans. Aujourd’hui, alors que la bibliothèque n’est plus labélisée La joie par les livres, quel en est l’héritage ?

La Petite Bibliothèque Ronde a été créée dans les années 1960 par les architectes de l’Atelier de Montrouge sous l’impulsion du mécène Anne Gruner Schlumberger et de la bibliothécaire Geneviève Patte, qui en assurera la direction jusqu’en 2001.  Son objectif était de faire connaître et reconnaître l’importance des bibliothèques pour enfants, alors rares en France. La bibliothèque s’est ainsi implantée au cœur de la Cité de la Plaine à Clamart, un quartier désigné plus tard Zone d’éducation prioritaire. Ses fondateurs souhaitèrent, dès le début, l’ouvrir aux dimensions du monde.

Son rayonnement national et international a été immédiat et durable, à la fois pour la beauté de son architecture et la qualité de la vie culturelle proposée aux enfants et à leurs proches. La bibliothèque a ainsi inspiré de nombreuses initiatives en France comme dans beaucoup de pays industrialisés et des pays en développement : elle a occupé de fait une place centrale dans le monde de la lecture des enfants. Elle a, en outre, jeté les bases et assuré le développement du Centre National du Livre pour Enfants dont les collections sont mises à la disposition de bibliothécaires, enseignants et chercheurs.

Le 1er janvier 2008, la Bibliothèque Nationale de France a intégré sous le nom de « La Joie par les livres » le Centre National du Livre pour Enfants ainsi que la Revue des Livres pour enfants, créés, dès 1965, par la bibliothèque des enfants de Clamart.

Cet héritage de La joie par les livres est une formidable opportunité pour favoriser les échanges nationaux et internationaux entre les professionnels,  autour des questions relatives à l’évolution des bibliothèques pour enfants. Des anciens lecteurs, devenus parents, amènent aujourd’hui leurs enfants ou petits-enfants. Des éditeurs, des écrivains, des metteurs en scène, parfois des lecteurs, se souviennent de ce passé glorieux et nous proposent  des projets ambitieux et originaux à mener avec les enfants.

Quel est le statut de la bibliothèque aujourd’hui et, riche de son passé, quelles missions souhaitent-elle mener à bien, s’inscrit-elle toujours au sein d’un quartier tel que la Cité de la Plaine à Clamart ?

En 2006, le ministère de la Culture, la municipalité et la bibliothèque des enfants de Clamart sont partis d’un constat : beaucoup de bibliothèques ont des difficultés à remplir aujourd’hui leur rôle éducatif et de lien social – ceci étant accentué par l’apparition du numérique qui n’a pas contribué à diminuer la fracture sociale comme les politiques publiques l’avaient espéré.

La bibliothèque de Clamart est dans un microcosme représentatif de ce qui se passe à plus grande échelle. La Petite Bibliothèque Ronde de Clamart et la Bibliothèque Publique d’Information du Centre Georges-Pompidou ont été choisies comme structures pilotes pour expérimenter de nouvelles pistes d’action dans la lutte contre la fracture sociale en matière de lecture publique et dans la lutte contre l’illettrisme. Le ministère de la Culture a ainsi invité les deux bibliothèques à proposer des stratégies innovantes.

Avec l’ouverture d’une grande médiathèque à proximité et en devenant une structure associative, la Petite Bibliothèque Ronde a assumé un nouveau rôle : celui de penser, d’expérimenter et de faire connaître un nouveau modèle pour la bibliothèque de demain en tenant compte des nouvelles pratiques des lecteurs et de leurs familles dans les zones dites sensibles – la Cité de la Plaine présentait déjà un taux de 35% de chômage en 2006. La bibliothèque des enfants de Clamart se veut ainsi un laboratoire où, à travers des actions concrètes, mesurables et transmissibles, il est possible de chercher et observer une autre définition de la bibliothèque de proximité.

Et pour demain et peut-être les 40 prochaines années, quel avenir et rayonnement pour la PBR ?

Partie prenante d’un réseau de spécialistes de l’enfance et de la lecture, c’est tout naturellement que la Petite Bibliothèque Ronde souhaite inscrire dans la pérennité de ses missions le renforcement des liens  entre les professionnels au niveau national et international, ainsi que la réflexion sur l’évolution des pratiques culturelles des enfants face aux nouvelles technologies.  Cet engagement  marque sa volonté d’encourager la transmission des savoirs et d’aider à penser, en 2050  comme en 1965, un nouveau modèle pour la bibliothèque de demain.

La Petite Bibliothèque Ronde


Réagir à cet article :