Montreuil – Le Figaro.FR La dyslexie, nouvel eldorado des éditeurs jeunesse

Encore absente des rayons il y a quelques années, la littérature pour enfants dyslexiques s’impose désormais en librairie. Applications numériques, labels et livres personnalisés se développent de plus en plus. Les éditeurs ont tenté l’expérience dans le marché de niche, qui s’avère très prometteur. Enquête au Salon du Livre jeunesse de Montreuil.

Les dyslexiques, les dysaphasiques, les dyspraxiques, les dysorthographiques… Ils sont apparus du jour au lendemain pour parler des enfants en difficulté scolaire. Autrefois invisibles, les petits «dys» débordent aujourd’hui de mots pour combler leurs maux. Une avancée en grande partie engagée par les maisons d’édition, de plus en plus nombreuses à proposer des ateliers, livres d’exercices et/ ou applications numériques adaptées au profil de chaque élève.

En témoignent, les diverses collections à pastilles proposées sur les stands du marché du livre jeunesse de Montreuil cette année. Le livre «dys» apparaît comme l’orthophoniste de demain.

En France, les «dys» représentent environ 6 à 8% de la population, indique la Fédération française des Dys (FFDYS). Dont près de 600.000 enfants, précise le magazine Livres Hebdo, à intégrer la case de «troubles cognitifs et spécifiques de l’acquisition du langage écrit», dite dyslexie.

Lire la suite
http://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/2016/12/06/37002-20161206ARTFIG00070-la-dyslexie-nouvel-eldorado-des-editeurs-jeunesse.php

Réagir à cet article :